You are currently viewing La dualité et l’égo

La dualité et l’égo

La dualité de la vie mais qu’est-ce que c’est ?

Comment la reconnaître ?

Quel est ce terme que nous avons déjà au moins une fois entendu sans forcément le comprendre.

Et l’égo, c’est quoi ? À quoi nous sert-il ?

Comment pouvons-nous le reconnaître ?

Dans cet article j’avais envie de vous en parler, afin de vous l’expliquer.

La dualité

Bienvenue dans le monde de la dualité, cette école de la vie créée pour que l’âme puisse s’incarner et conscientiser sa nature véritable.

La dualité permet à l’âme de passer de l’ignorance à la connaissance, elle est essentielle à toutes les choses de la vie et le signe yin-yang représente cette vérité.

Opposés et complémentaires, c’est le signe que votre âme doit arriver à résoudre afin de trouver la paix.

Tout ce qui existe sur Terre a un contraire, l’énergie Yin ne peut pas fonctionner sans la présence du Yang.

Sans la dualité nous serions toujours ignorant de notre propre unité.

Votre égo va représenter tout ce qui vous conditionne, toute cette notion de ce qui est « bien » ou « mal ».

L’égo va être associé à votre mental.

La dualité est aussi le moyen pour vous de voir votre propre reflet et d’avoir la connaissance de soi.

Il devient alors possible d’évaluer votre avancée dans votre apprentissage afin de vous situer sur votre chemin de vie.

La guérison spirituelle va lever le voile et rétablir la vérité.

Le comportement de votre personnalité en dit long sur votre état d’âme, c’est en s’observant et en s’écoutant que vous découvrirez qui vous êtes, ce qui vous caractérise et vous différencie et fait de vous un être unique à part entière.

Que ce soit sur vos désirs ou vos angoisses, sur vos pensées ou vos envies, qu’elles soient positives ou négatives.

L’égo et le mental sont des facettes de votre âme, ils ne font qu’un.

Afin de retrouver l’Unité, il est nécessaire de prendre des temps d’arrêt dans votre vie, apprendre à vivre dans le moment présent en lâchant prise sur ce que vous ne pouvez contrôler.

Se comprendre et s’écouter va vous permettre d’observer les mécanismes qui opèrent en vous et qui engendrent cette dualité. 

Sortir de son conditionnement et de ses obligations de vie afin de juste observer ce qui se passe à l’intérieur de vous.

Prêter attention à vos mécanismes sur un temps d’arrêt et vivre le présent permet de s’en défaire. 

Il est essentiel de sortir de son « engrenage » afin de s’observer, de se comprendre et de vivre avec plus de conscience.

Cette action d’observation implique de prendre une distance avec les mécanismes que vous avez l’habitude de faire et d’accueillir simplement ce que vous voyez.

Cette façon de faire, permet de se défaire des attachements qui vous emprisonnent et vous permet de retrouver la paix intérieure.

Afin de vivre dans la vérité et dans la liberté d’être soi, il est nécessaire de mettre en place des moyens afin de sortir de vos conditionnements.

la dualité

Dans notre société qui est à l’ère du matérialisme, choisir de retrouver sa liberté implique d’abandonner beaucoup de choses. 

Ce n’est pas une question de quantité, mais de qualité, si vous souhaitez vivre l’éveil dans votre quotidien. 

L’éveil de la conscience demande d’investir du temps et implique d’aborder la vie d’une autre manière.

Chaque être humain est capable de se déprogrammer et de vivre l’éveil à chaque instant, cela peut se faire autant en pratiquant la méditation qu’en travaillant. 

Pour passer de la dualité à l’unité, il s’agit de laisser libre cours à cette autre partie de soi, afin qu’elle s’exprime dans votre quotidien. 

Vous avez le pouvoir de diriger votre conscience là où vous le voulez.

Apprenez à ressentir vos émotions, à les vivre, à défaut, d’être en mode action/réaction. 

L’individualité vous enferme dans un monde de souffrances et d’émotions négatives, la libération passe par l’ouverture à soi et aux autres afin de retrouver la paix intérieure. 

Sans nier son identité sociale, il s’agit d’aller au-delà de celle-ci, de votre conditionnement et de vos croyances qui peuvent être limitantes.

Le véritable éveil de conscience commence par la reconnaissance que nous sommes le siège d’une double identité. 

Pour la plupart des individus, c’est une découverte car l’identification à l’égo est totalement inconsciente.

Nous vivons dans un monde où tout et son opposé existe, cela vous permet de vous définir, de vous positionner et de choisir.

Vous pouvez décider de choisir le bonheur après avoir traversé le malheur.

Vous pouvez vous diriger vers la paix intérieure après avoir vécu la tourmente.

Vous pouvez opter pour la lumière après avoir expérimenté l’ombre.

Cette dualité ressemble à une balance, avec d’un côté un aspect positif et de l’autre son penchant négatif. 

Il n’existe pas de séparation entre le positif et le négatif, ainsi paix et tourmente sont inséparables, tout comme la joie et la tristesse, ou encore comme la jalousie et la confiance, la résistance et le lâcher-prise, etc…

En effet, c’est ce qui nous rend heureux, qui a le pouvoir de nous rendre malheureux et inversement. 

Par exemple, imaginez-vous, si vous vous sentez malheureux d’être seul et qu’un jour, vous rencontriez une personne qui deviendrait un ami fidèle, cette personne vous rendrait joyeux et épanoui. 

C’est finalement votre sensation initiale de vide, qui vous permet d’apprécier le fait d’avoir trouvé un ami.

Tout est lié, le plateau de la balance ne peut aller vers le bas sans que l’autre ne se dirige vers le haut.

Par ailleurs, c’est vous qui faites le choix consciemment ou inconsciemment de faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre. 

Vous oscillez sans arrêt entre plaisir et souffrance, entre peur et amour, entre le fait d’être heureux ou malheureux. 

La plupart d’entre-vous pensez à tort que cette balance émotionnelle est soumise aux aléas de la vie, pourtant, nul autre que vous-même ne peut y déposer des poids ou en ôter. 

Lorsque chacun d’entre-vous prendrez conscience de cela, il n’appartiendra qu’à vous de stabiliser les plateaux de votre balance et de lui apporter le parfait équilibre. 

Lorsque vous allez comprendre que la joie et la tristesse sont indivisibles, que l’une est une présence (pendant positif) tandis que l’autre est une absence (pendant négatif) il devient plus simple de stabiliser votre balance émotionnelle.

Il est nécessaire de chercher l’équilibre à l’intérieur de soi et non à l’extérieur, afin d’être en paix avec soi.

Alors, la solitude sera aussi agréable que le fait de vivre entouré, une activité rêvée vous rendra tout aussi heureux qu’un métier quelconque.

Les actes, les paroles et les pensées d’autrui ne viendront plus faire pencher votre balance dans un sens ou dans l’autre, car finalement l’extérieur n’aura plus de poids sur vous.

Il ne restera que des expériences aussi légères que des plumes qui n’impacteront plus votre paix intérieure.

Mais, en attendant de trouver cette harmonie, acceptez que votre balance vacille, qu’elle oscille, qu’elle penche et qu’elle pèse le pour et le contre. 

Car c’est souvent en expérimentant un côté, puis l’autre, que chacun d’entre-vous êtes à même de trouver le chemin du juste milieu. 

Apprendre à se détacher et prendre conscience de ce qui n’est pas important pour vous, sera le travail à faire par la suite.

Comment ne plus souffrir du manque ?

C’est l’un des plus grands défis de chaque être humain que de ne plus souffrir de la solitude, du manque de quelqu’un, ou de quelque chose. 

De ce fameux vide à l’intérieur de soi, est-ce possible de l’enlever ? 

L’Homme est un animal sociable, il a besoin des autres pour son propre bien-être.

Alors comment ne plus souffrir du manque d’un besoin vital qui est non assouvi ?

La plupart des individus se mettent en couple pour ne plus être seul.

Ce besoin de se faire aimer d’un autre qui n’est pas soi-même, puisqu’ils n’y arrivent pas eux-mêmes. 

C’est comme si en étant aimé par un autre que soi, ils obtenaient le droit d’exister.

La plupart des individus pensent que ce sont des causes extérieures (situation, matériel ou autre individu) qui pourront les rendre heureux. 

Beaucoup remettent leur propre bonheur, entre les mains des autres et attendent d’eux qu’ils les rendent heureux.

La société capitaliste dans laquelle l’on vit, nous fait croire que le bonheur se trouve à l’extérieur de soi.

Que ce soit à travers un couple, une famille, l’acquisition de biens matériels ou des plaisirs éphémères.

Beaucoup passent leur vie à se tourner vers l’extérieur, à défaut de se guérir eux-mêmes et de faire ce travail de confiance en soi.

Ce besoin d’être connecté vers le monde extérieur au lieu d’entrer à l’intérieur de soi, afin de se découvrir, car finalement, c’est à cet endroit précis que chacun d’entre-vous va trouver toutes les réponses nécessaires à son épanouissement.

 

Un homme demande au sage : « Je veux le Bonheur »

Le Sage répond : « Enlève-le je, c’est l’égo ! Enlève-le veux, c’est le désir. Que te reste-t-il ?

Le Bonheur » 

L’égo

L’égo, la projection mentale qu’on a de soi-même est le siège des mémoires traumatiques. 

Votre égo, s’est construit tout autour de vos expériences de vie, bonnes ou mauvaises. 

Si vous avez souffert d’un manque d’amour durant votre enfance, vous porterez certainement en vous des carences affectives importantes. 

Votre besoin d’aimer et cette notion d’attachement et de dépendance affective, prendra une place importante dans votre vie.

Si vous avez été maltraité durant votre enfance psychologiquement et/ou physiquement, ou si vous avez subi des traumatismes, votre égo sera extrêmement exigeant et méfiant vis-à-vis des autres. 

Vous aurez beaucoup d’attentes vis-à-vis de votre entourage extérieur au risque d’être déçu si elles ne sont pas assouvies. 

Il y aura cette peur d’être à nouveau maltraité par quelqu’un, ce qui va donc influencer vos choix de vie.

Il y a de fortes chances pour que votre vision de l’amour soit déformée par vos expériences et vos pensées négatives car vous avez grandi sans réellement connaître le sentiment d’être aimé, respecté ou protégé.

Tant que vous vivrez sous la tyrannie de votre égo, vous serez en souffrance.

L’égo c’est l’enfant intérieur qui est en colère, fragilisé, déçu, le Moi traumatique qui ne sait pas raisonner de manière rationnelle, car il est dans un trop plein émotionnel.

C’est au sein même de votre égo que se cache votre enfant intérieur, vos mémoires traumatiques liées à votre enfance. 

C’est comme des plaies qui ne se sont jamais cicatrisées, qui restent ouvertes et que vous traînez comme un fardeau.

Cette douleur ou ce traumatisme va influencer les choix de votre vie, va vous faire vivre dans la peur, la crainte consciente ou inconsciente que ces blessures d’enfance ne se reproduisent pas dans votre vie d’adulte.

Par exemple, si vous avez la blessure de l’abandon en vous, tant qu’elle ne sera pas guérie, vous aurez constamment peur que ceux que vous aimez vous abandonnent.

Vous allez alors adopter un mécanisme de défense en portant le masque du dépendant affectif.

Votre mental, votre égo seront votre prison intérieure. 

 

Mon mental c’est : Je ne peux pas. Je n’y arriverai pas. Personne ne m’aime. Je ne suis pas assez bien. J’ai peur. J’ai mal, etc…

Savoir lâcher prise et travailler ses blessures du passé, va vous permettre d’avancer et de vivre pleinement votre vie de manière positive.

Votre égo vous emprisonne dans des peurs, des craintes, des croyances limitantes et des expériences de vie négatives, que votre mental se chargera de nourrir chaque jour.

Par chance, l’individu ne se résume pas à un mental, à un égo, il porte en lui une part divine, qu’on appelle l’âme, également nommé dans le langage courant le cœur.

À vous de savoir lâcher-prise et d’écouter votre petite voix intérieure qui vous guide dans votre quotidien.

Apprendre à s’aimer

L’une des premières étapes pour se connecter à soi, c’est d’apprendre l’estime de soi, s’aimer et s’accepter.

C’est accueillir vos imperfections et vous entourer d’amour et de gratitude.

La majorité des êtres humains ne s’aiment pas, ils se critiquent, se rabaissent et se comparent constamment aux autres.

Vides de cet amour, ils vont désespérément le chercher à l’extérieur d’eux, à travers des relations amoureuses, une famille, des amis, des situations gratifiantes, etc… 

C’est de cette façon, qu’ils obtiennent un semblant de validation de leur être :  » si on m’aime, si on m’admire, c’est que je suis quelqu’un de bien ou que je le mérite « .

Mais ce n’est qu’une illusion, car sans s’en rendre compte, ils deviennent prisonniers du regard, du jugement et de l’approbation des autres.

Beaucoup sont dans le déni et pensent s’aimer réellement, il suffit simplement d’écouter leur langage extérieur et d’observer leur comportement afin de savoir si c’est le cas ou non.

Êtes-il régulièrement en train de s’insulter, de se dénigrer ou de se rabaisser ? 

Apprendre à observer sa manière de prendre soin de lui, son hygiène de vie, sa façon de s’occuper de lui, etc… 

Une personne qui ne s’aime pas, ne prendra pas soin d’elle et je ne parle pas de maquillage ou de tenue vestimentaire.

L’apparence physique est tournée vers l’extérieur et non à l’intérieur. 

Prendre soin de soi, c’est s’aimer et se sécuriser, c’est évoluer en étant aligné avec ses valeurs, c’est être épanoui et conscient de son épanouissement, c’est également faire preuve d’indulgence avec soi. 

Prendre soin de soi c’est accepter ses limites, ses failles et ses imperfections afin de réussir à se libérer de ses tourments. 

C’est également, savoir se pardonner pour ses échecs ou ses fautes, c’est apprendre à s’éloigner de toute situation et personne capable de vous faire du mal ou qui sont toxiques pour vous.

Prendre soin de soi c’est refuser de laisser la négativité des autres vous impacter, vous faire ressentir un mal-être ou vous rabaisser.

C’est garder votre lumière intérieure et avancer dans votre développement, afin de vous épanouir.

Que ce soit seul ou avec une aide thérapeutique extérieure si nécessaire, afin de travailler sur vos schémas négatifs et limitants qui vous empêchent d’avancer dans votre vie. 

C’est seulement lorsque vous ressentirez de l’amour inconditionnel, que votre âme sortira de sa cachette et brillera de mille feux, afin de reprendre sa place légitime au sein de votre être.

Se connecter à son âme

Vous pouvez passer votre vie à étudier le développement personnel, la psychologie humaine et faire un travail sur vous, grâce à un professionnel sans jamais atteindre l’unicité de l’être.

L’important est de comprendre l’essentiel, on ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour l’égo.

L’âme est votre part divine sur Terre, elle sait exactement qui vous êtes et le pourquoi de votre incarnation.

Elle ne connaît pas la peur, car elle ne vibre que par l’amour et la compassion et sait comment vous rendre heureux afin d’atteindre cette forme de sérénité intérieure.

Malheureusement, la majorité des individus ne s’identifient qu’à leur égo et n’expérimentent que brièvement cette connexion avec leur âme (leur cœur).

Que ce soit lors d’une expérience de vie, d’une relation physique avec une personne que l’on aime ou à la naissance d’un enfant.

 Les individus retournent rapidement à ce qu’ils connaissent le mieux, la prison du mental régie par l’égo.

Une fois connecté de manière permanente à son âme, il est très facile de la distinguer de votre égo. 

Elle permet l’alignement de l’être, vos pensées sont alignées avec ce que vous ressentez et sont en corrélation avec vos actions, vous êtes alors en conscience positive. 

Vous avez alors un état d’esprit dans l’Ici et Maintenant, ni dans les tourmentes du passé ni dans la peur ou les questionnements du futur.

Vous incarnez en pleine conscience le pouvoir du moment présent.

Vous n’avez alors plus d’attentes concernant les autres ou même concernant la vie, vous avez appris à lâcher-prise et à vous faire confiance, en vous et en la vie.

Vous acceptez votre existence telle qu’elle est en travaillant paisiblement à changer ce qui doit être changé pour votre évolution personnelle. 

Vous ne ressentez plus le besoin de vous adapter aux autres pour leur plaire, puisque vous savez qui vous êtes, vous connaissez vos valeurs et vous vous acceptez tel que vous êtes.

Vous n’avez plus besoin de rechercher déséspéremment l’amour des autres, puisque vous vous aimez.

Votre âme ne connaît aucune limite, elle est infinie et c’est la seule en mesure de supprimer le vide présent en vous.

De cette façon, vous allez constamment vibrer l’amour et non plus la peur.

Cela va changer vos perceptions et créer une nouvelle réalité avec de nouvelles opportunités.

La plupart des individus s’imaginent que le bonheur se trouve dans les possessions matérielles. 

Le bonheur n’est pas de l’ordre de l’avoir, mais de l’être, apprenez à trouver le bonheur en vous.

Un bonheur qui dépend des circonstances extérieures est un signe qu’il sera éphémère.

Les gens les plus heureux ne sont pas ceux qui ont le meilleur de chaque chose, mais ceux qui sont simplement satisfaits de ce qu’ils ont.

Vous pouvez également me suivre sur Instagram.

Laisser un commentaire